Résonances d'actualité

Téléchargez au format PDF

Entrez votre email pour vous abonner à la newsletter.
Votre email n'est pas valide, veuillez entrer un email valide.

18 Août 2022

Cher(e)s ami(e)s

J’espère que vous profitez bien de cette période de vacances, au minimum d'un bon changement de rythme, au mieux d’un véritable ressourcement.

Celles et ceux avec lesquels j’échange occasionnellement le savent, nos étés sont plutôt alloués à des parcours-santé : pratique soutenue de yoga, de Pilates et de natation, de massages, d’acupuncture et étirements divers, de purge intestinale et d’aliments bio, de suppléments vitaminés à haute dose…  Tout cela parsemé de soleil et de plaisirs plus coupables, je l’avoue.  Depuis cinq ans, ce programme est devenu une habitude estivale.  Bien entendu, cela ne m’empêchera pas de vous écrire.

Ce travail corporel intense me permet quelques réflexions liées à mon âge.  Né en 1949, baby-boomer, élevé dans un contexte de reconstruction puis de développement dans une opposition physique et idéologique Est-Ouest, j’entame ma vie active en 1975, et commence seulement à la conclure. Sans date précise alors que j’approche les trois quarts de siècle, et que l’opposition Orient-Occident refait violemment surface.

Réflexions d'actualité

Or je découvre aujourd’hui que mon acte de naissance au forceps a profondément affecté l’équilibre gauche-droite de mes psoas.  Il s’agit du système musculaire dit “de l’âme”, puisqu’il relie et articule le haut avec le bas, la respiration avec la marche, etc.  C’est ce muscle qui provoque que l’on se voûte avec l’assèchement de l’âge.  Or mon psoas droit s'avère bien plus tendu que celui de gauche, au point de plus raidir une moitié de mon corps et ainsi affecter mon équilibre d’ensemble. Cette cohabitation bancale pourrait devenir de plus en plus difficile à vivre.

Heureusement jusqu'ici, la souplesse et capacité d’adaptation propre à la jeunesse et maturité permet de très bien compenser un tel déséquilibre tissulaire.  Il passe alors plus ou moins inaperçu.  Dans l’action, il est possible d’avancer et de se construire sans trop se soucier de la qualité initiale de fondations qui finissent par s’enraciner dans son terreau enrichissant, relativement large, évoluant dans un temps long.  Au delà du contexte dont on hérite, tout dépend de ce que l’on arrive à en faire.

Après la maturité, l’assèchement progressif caractéristique d’un âge plus avancé fait toutefois ressurgir les conséquences de traumas inscrits lors des années formatives.  Le passé distant revient se manifester.   Les tissus se raidissent et activent l’émergence d’une mémoire corporelle inscrite dans enfance.  Cette mémoire ne s’impose pas dans le quotidien relativement fluide d’une vie active d’adulte mobile effectuant un parcours fait de sommets de pleine croissance, de plateaux et de divers crashs quelquefois difficiles.  Alors de 1975 à 2015, en écho avec un monde en croissance plus ou moins continue, j’ai tranquillement tracé ma route.

Aujourd’hui, je ne peut m’empêcher de faire ces parallèles entre mon corps et ce que manifeste notre chère planète depuis l’après grande guerre.  Même si depuis 25 ans, je refais ma vie avec une compagne de l’Est.  Mais quand même, de nos jours, je ne peut plus aussi facilement fabriquer de masse osseuse ou musculaire.  La matière première, le minéral utile est devenu rare.   En conséquence, à presque 75 ans, mes préoccupations d’actualité ne sont plus ancrées dans la concrétisation matérielle.  Il s’agit plutôt de décroissance, de dé-consommation, de minimaliste qui permettrait de vivre une réalité plus légère dans une énergie plus lumineuse.  Le vrai plus, serait d’en faire moins, et ensemble.  A mon sens, cela devrait être une ambition politique universelle !

En ajoutant une moindre capacité de rétention d’eau corporelle, voire de liquidités, facteur d’agilité et de fluidité, tout semble se mettre en oeuvre pour partout provoquer des inflammations et autres difficultés de flux et reflux, de déséquilibres d’approvisionnements divers.  Au delà de ces symptômes personnels et mondiaux, l’urgence est à la conscience systémique et de profonds changements structurels.  De nature fractale, il semble que cette évolution devient urgente au niveau individuel, au sein de tout collectif formel, de toute société humaine voire du monde vivant.  Cette transformation semble s’imposer au niveau corporel, psychologique, sociologique, existentiel sinon spirituel

Bien entendu, il m’est possible de m’insurger, de lutter contre cette dévolution, de réagir afin de retarder une crispation générale presque inévitable.  Nous pouvons tous faire plus de sport, boire plus d’eau, forcer la souplesse jusqu’à rompre nos ressorts dans un burn-out collectif.  Et puis apprendre à consommer et manger avec plus de discrimination, formellement régulariser ses rythmes vitaux, ses repos et son sommeil, etc.  Toutes les recettes de santé sont  bien connues.  Attention toutefois, le temps passé ne se rattrapera pas et nos racines sont profondément ancrées dans un schisme archaïque, une polarisation paralysante.  Au niveau corporel et de la planète, les stratégies de rétablissement correspondent à une véritable démarche écologique.  L’ensemble doit retrouver son unicité.  Pour être efficace, la solution doit profondément mobiliser et traiter les causes longtemps ignorées d’un déséquilibre instable devenu invivable. 

Alors aujourd'hui, je suis appelé à évoluer au sein d'un cadre de référence qui m'est pertinent, à la fois personnel, corporel et sociétal.  Il s’agit peut-être ausi pour nous tous d’apprendre à vivre la sagesse qu'un âge vénérable est tout à fait capable de s’offrir.

Lever de soleil en vacances...

 

Options

Sachant que les vraies conclusions d’une existence matérielle aboutie ne peuvent se faire que lorsque s’annonce la fin d’une vie corporelle, le peu de temps qui nous reste peut encore servir au traitement des ajustements profonds qui soudain s’imposent.   Celles qui émergent lorsque nos ressources minérales et matérielles s’épuisent et que les eaux, nos liquidités essentielles, commencent à se retirer voire tarir. 

  • Par conséquent, la perturbation climatique tant décrié de mon ou notre époque sert aussi a offrir des perspectives autrement palpables sur des options de réparation; celles qui ne peuvent émerger que lorsque l’on sait envisager comment, dans la transformation profonde, bien accomplir une finalité pérenne. 
  • En passant, les évidences qui émergent de notre histoire éclairent sur ce qui nous avait tant occupé au cours de nos vies hyper-actives, celles des dernières quarante-cinq années, que l’on a pris à bras-le-corps entre la jeunesse des années '50 et la décroissance des années à venir. Pour se redresser, un bilan éclairé s’impose.

La bonne nouvelle est que pour bien finir à titre personnel et professionnel, mon psoas me propose aujourd’hui de revoir et ajuster mes fondations structurelles, celles qui m’ont jusqu’ici souplement soutenues dans l’équilibre gauche-droite de ma verticalité instable  Et puisque tout dans un corps cohérent est très subtilement lié, voire enchevêtré, j’ai maintenant un projet systémique comme fil  conducteur pour la décade en cours voire plus.  Même si la démarche passe d’abord par une perte passagère d’équilibre, ce travail facilitera la construction de solutions plus inclusives et cohérentes, à la fois locales et globales.

Gratitude

Coïncidence utile cet automne, l’ICF Italie me propose de présenter à Rome une conférence sur le thème très à la mode de la gratitude.

  • Souvent abordée de façon personnelle, la gratitude s’impose aussi au niveau de l’humanité toute entière.  Alors comment collectivement exprimer à toutes les manifestations de vie sur terre, notre profonde gratitude humaine? 
  • Souvent centré sur le passé que l’on a vécu et un présent que l'on peut encore apprécier, notre gratitude concerne aussi l’avenir qui nous attend.  Alors au delà de la tristesse, de la colère et de la peur qui s’agite face aux multiples crises prévisibles, comment la gratitude peut-elle animer notre construction d'un autre avenir collectif ?

C’est avec ce sentiment de gratitude élargie que j’aborde le ré-alignement de mes fondations personnelles, celles sur lesquelles reposent ma vie d’accompagnant personnel et professionnel de clients individuels et collectifs.   Par conséquent, ii ne s’agit pas aujourd’hui de tout défaire pour ensuite reconstruire.  Il m’est surtout utile d’assurer une bien meilleure cohérence dans la complexité verticale de ma finalité de coach et d'être vivant.

Heureusement, les clients que j’accompagne en France et à l'international sont bien centrés sur leurs évolutions individuelles, collectives et de société.  Nous sommes aussi en phase en ce qui concerne les évolutions récentes dans l'esprit et l’architecture de mes prestations de coach individuel, d’équipe et d’organisation.  Mon activité est déjà bien alignée avec mes nouvelles perspectives de "jeune ancien", oeuvrant au mieux dans ce monde bizarrement moderne, paradoxalement de plus en plus féodal, dans un contexte d'urgence globale.

Formations Systémiques

Je continue à ciseler la qualité de mon offre en matière de formation de coachs, de managers et d’entrepreneurs.   L’architecture et les contenus des programmes de Métasystème-Coaching sont de plus en plus puissants, transformants et performants par leurs heures de rodage pratique - on ne me le reprochera jamais assez.

  • Totalement ré-aligné avec l’esprit de cette lettre, le nouveau parcours de formation au coaching systémique d’équipe et d’organisation, le cycle "METACOACH” commence à prendre sa juste place au sein des offres sur le marché.  Sa différence systémique est plus centrée sur la profonde transformation de coachs et l'acquisition d'une présence profondément systémique. 
  • Plus installé dans l’esprit du public, l’architecture pédagogique innovante des “Fondamentaux du Coaching Systémique” continue à privilégier le développement puis la transformation personnelle de managers et coachs, même si le véhicule d'apprentissage en est foncièrement collectif.

Chacun de ces programmes ACSTH sont proposés deux fois l'an.  Ensemble, ils offrent un ensemble cohérent et autrement puissant d’apprentissage solide du métier de coach systémique.  De fait, je continue à assurer leur résonance intime avec chaque étape, chaque évolution de mon développement personnel.

A propos de gratitude, n’hésitez pas à faire suivre ces informations pratiques auprès de vos amis et réseaux.  Vous connaissez tous quelqu’un qui saura en bénéficier et vous savez combien mon activité a toujours reposé sur votre bouche-à-oreille si bienveillant.

En attendant la suite...

Désolé : en suivant mon plaisir, je n’ai pu me retenir de reprendre ma plume cet été.  Alors  un nouveau livre verra bientôt le jour au sein de ma collection sur Kindle et Amazon, un « lexique disruptif de coaching systémique ».   Réservé à ceux qui apprécient ma tournure d’esprit souvent paradoxale et systémique.

Et comme par le passé, même si je ne réagis plus au quart de tour, dans l'immédiateté d'un juste-à-temps d’une autre époque, je continue à être disponible pour échanger, dialoguer et savourer le partage avec vous.  Alors n’hésitez pas !

Avec toute ma gratitude,     Alain